Vous êtes ici : AccueilActualitésSanté au travail, PRISM'EMPLOI refuse de négocier

Santé au travail, PRISM'EMPLOI refuse de négocier

18.03.15-action-proman-sante-2Mercredi 18 mars à 14 h, à l'appel de l'Union Syndicale de l'Intérim CGT, des salariés intérimaires et permanents ont investi l'agence de travail temporaire PROMAN, quartier Gare de Lyon, à PARIS, ainsi que les agences avoisinantes, MANPOWER, INTERACTION et TRIANGLE, pour dénoncer la passivité du patronat de l'intérim, Prism'emploi, dans la négociation « Santé et Sécurité au Travail ».

 Cette négociation est engagée depuis le 28 février 2014, depuis cette date se sont tenues plus de 10 réunions.

 

A ce jour, la négociation est complètement bloquée par Prism'emploi, alors que les accidents du travail frappent des milliers de travailleurs intérimaires et que les morts sur les chantiers, dans les usines, sur les routes, se comptent par dizaines. D'autre part, les salariés des agences sont en surcharge de travail, en sous-effectif et les burn-out se multiplient.

Le bilan de la branche du travail temporaire pour l'année 2013 est alarmant :
34.848 accidents du travail ont été comptabilisés pour 764 848 salariés
67 salariés intérimaires sont morts au travail.

La maltraitance dans l'intérim existe bel et bien !

De plus en plus de salariés sont à la limite de leur résistance physique, morale. Brûlures, fractures, tendinites, chutes mortelles, harcèlement, épuisement, cancers, burn out, pressions....

La situation subie par les salariés est inacceptable. Victimes, non pas du travail mais d'un patronat avide deprofits dans le seul but de satisfaire les actionnaires.

La gestion « INHUMAINE » pratiquée par les directions des entreprises faisant appel à des intérimaires comptent sur la bienveillance et la complicité de Prism'emploi.

En 2013 et 2014, Prism'emploi avait été contraint, par la mobilisation, à ouvrir cette négociation sur la Santé et Sécurité au travail. Aujourd'hui, non seulement il traîne les pieds mais refuse de négocier sérieusement, ils enlisent la négociation.
Alors que l'USI CGT cherche à faire évoluer les moyens pour développer la prévention, le patronat campe sur ses positions. Il refuse d'apporter des améliorations aux accords sur la sécurité et la santé au travail, actuellement en vigueur dans l'intérim.

Prism'emploi refuse à ce jour de communiquer les données sur les accidents de travail pour l'année 2014. La résistance patronale va jusqu'à cacher, les maladies professionnelles. L'USI CGT est choquée par le mépris affiché de Prism'emploi envers les 2 millions de salariés intérimaires qui triment pour survivre.

18.03.15-action-proman-santeL'USI CGT dénonce ce simulacre de négociation et la stratégie de Prism'emploi qui vise à couvrir la maltraitance qui se généralise dans les entreprises. Ils cherchent en même temps à réduire les droits sociaux et les coûts salariaux en s'appuyant sur une main d'oeuvre précarisée, mal ou peu formée et nullement protégée.
L'Union Syndicale de l'Intérim CGT appelle les travailleurs intérimaires et permanents à se mobiliser et à refuser de mettre leur santé et leur vie en danger pour
respecter les cadences, les délais draconiens et les objectifs de rentabilité imposés par les patrons.

drapeaux cgt 01drapeaux cgt 02drapeaux cgt 03drapeaux cgt 04drapeaux cgt 05drapeaux cgt 06drapeaux cgt 07drapeaux cgt 08drapeaux cgt 09

bandeau LM 2

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

BANDEAU ELECTIONS

 

amiante 7 4176626

je veuxdusoleil

lmHS11

journee rouge douai

 

livret SI 2017

 

 

BLOC MARQUE INTERIMAIRES SANTE WEB

Interimaires Sante SIACI SAINT HONORE

guide face police

Real time web analytics, Heat map tracking

Total: 149